La pénurie de composants électroniques durera au moins jusqu’en 2023

La crise qui touche l’approvisionnement en semi-conducteurs – et donc de manière générale la production d’appareils dotés de composants électroniques – n’est pas prête de s’arrêter. L’industrie s’accorde sur le fait qu’elle devrait se poursuivre au moins jusqu’en 2023.

Du côté des entreprises, l’approvisionnement réduit en ultrabooks et stations de travail performantes risque de pousser les DSI à retarder le renouvellement des parcs d’informatique autant que faire se peut. Un conseil pour 2022, donc : prenez soin de vos appareils !

(c) Pixabay

Autre solution maline, acheter des ordinateurs d’occasion ou upgrader les vôtres. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site 2e-vie.


Mise en application du nouveau règlement bio européen au 1er janvier 2022

De nouvelles règles vont s’appliquer au 1er janvier 2022 pour la production biologique. Elles sont inscrites dans
le règlement de base adopté en 2018 qui définit les principes généraux et les règles principales de l’agriculture
biologique. Ce nouveau règlement est complété par une quinzaine de textes réglementaires sur des sujets souvent
techniques. Plusieurs changements importants entreront en vigueur au 1er janvier 2022 :

  • de nouvelles catégories de semences disponibles pour l’agriculture biologique ont été définies pour offrir aux agriculteurs bio du matériel plus adapté à leurs besoins et au service de la biodiversité agricole ;
  • un certain nombre de nouvelles mesures visant à augmenter le bien-être des animaux sont également à l’ordre du jour, par exemple l’interdiction de mutilations (ébecquage, taille des dents) ;
  • des produits qui n’étaient pas couverts par le règlement européen pourront à l’avenir bénéficier du label bio : il s’agit notamment des animaux de ferme comme les lapins et les cervidés, des huiles essentielles, du sel, etc. ;
  • le règlement contient enfin de nouvelles règles concernant l’utilisation d’arômes et d’additifs, mais aussi les importations, faisant de la conformité au cahier des charges européen la règle d’échange avec les pays tiers.
Pixabay (c)

Entrée en vigueur du nouvel étiquetage des aliments au Canada

Le 14 décembre 2016, le ministère de la Santé canadien a modifié le Règlement sur les aliments et drogues en ce qui concerne les exigences applicables à l’étiquetage nutritionnel, à la liste des ingrédients et aux colorants alimentaires. L’industrie bénéficiait d’une période de transition de cinq ans pour se conformer aux nouvelles exigences.

A compter du 15 décembre 2021, tous les aliments préemballés, fabriqués au Canada ou importés, devront donc être en conformité avec ces nouvelles exigences.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) indique toutefois que durant la première année suivant la période de transition (jusqu’au 14 décembre 2022), elle concentrera ses efforts sur la sensibilisation et la promotion de la conformité avec les nouvelles exigences.

Après cette date, l’ACIA vérifiera la conformité de l’étiquetage lors de ses activités d’inspection, y compris à l’importation. Dans les cas de non-conformité, l’ACIA envisage de faire preuve de souplesse si l’opérateur fournit un plan détaillé montrant comment il prévoit de satisfaire aux nouvelles exigences dans les meilleurs délais, et au plus tard pour le 14 décembre 2023. Plus aucune tolérance ne sera ensuite appliquée.

Pour en savoir plus, veuillez vous abonner à notre veille (à partir de 365€ HT/an).


La productivité du télétravail repose-t-elle uniquement sur les salariés ?

La productivité réelle du télétravail reposera à terme sur la capacité des entreprises à revoir en profondeur leurs processus organisationnels et communicationnels, afin de tirer parti du “à distance” comme d’un mode normal de travail. Si gains de productivité il y a, il est nécessaire de comprendre d’où ils proviennent : l’engouement pour le travail à distance ne sera pas durable s’il repose sur les efforts des seuls salariés. Le télétravail ne crée pas de la productivité en soi ; son efficacité dépend de la combinaison de nombreux facteurs.

Source : ANACT


L’éthique de la technologie numérique dans le secteur alimentaire – l’avenir du partage des données

Imaginez un monde dans lequel des emballages intelligents pour les plats cuisinés des supermarchés vous informent en temps réel de votre empreinte carbone, vous avertissent en direct sur les rappels de produits et vous alertent instantanément sur la sécurité sanitaire, car des allergènes ont été détectés de manière inattendue dans l’usine.

Telles sont quelques-unes des questions posées par une équipe de chercheurs, dont un professeur de l’Université de Lancaster en politique de conception et réflexion sur l’avenir, qui, en créant des objets à partir d’un nouveau monde imaginaire ‘intelligent’, examine les implications éthiques de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans le secteur alimentaire.

Leur article, Considering the ethical implications of digital collaboration in the Food Sector, est publié dans le numéro de novembre de la revue de solutions en science des données Patterns (article disponible en accès libre).

Images of various manufactured foods with a finger pointing to a salad
Lancaster University (c)

Sécurité des aliments numérique

Récemment, plusieurs entreprises ont subi une brèche dans leurs systèmes numérisés ce qui a eu un impact sur le flux des opérations et la sécurité des données. Bien qu’il existe diverses mesures pour tenir les cyberattaques à distance, de plus en plus d’organisations s’associent à des fournisseurs tiers pour tester l’efficacité de leurs systèmes de cybersécurité. Les responsables de la sécurité sanitaire des aliments peuvent trouver ces opportunités d’amélioration bénéfiques pour renforcer leurs systèmes de gestion de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments.

Même si les employés utilisent différents appareils pour communiquer entre eux, ils peuvent ne pas comprendre clairement ce que sont les e-mails de phishing, ni être en mesure de les identifier. Les e-mails d’hameçonnage sont des communications falsifiées qui semblent provenir d’une source fiable, mais peuvent pénétrer les systèmes de sécurité et créer une brèche. Parfois, il suffit d’un lien à partir d’un e-mail pour créer une brèche dans un environnement numérique sécurisé. Les responsables de la sécurité alimentaire, les responsables de l’équipe en charge de la sécurité des aliments peuvent jeter les bases en créant une prise de conscience du sujet. Les réunions d’équipe sont un bon moment pour engager davantage de conversations sur la sécurisation des actifs et des systèmes numériques. Il existe différentes manières de tester la sécurité d’un système de sécurité existant. Une approche courante consiste à employer des organisations tierces pour tenter de violer le système. D’autres méthodes impliquent de travailler avec des professionnels en interne ou en externe pour créer des évaluations qui testent les employés. Le test de l’efficacité du système établi va au-delà de la mise à niveau du pare-feu ou des systèmes antivirus. La surveillance du comportement des employés lors de la manipulation des badges d’accès, de l’accompagnement des visiteurs dans les locaux et de la sortie de l’installation peut également être utilisée pour évaluer la force du système de sécurité existant.

L’un des nombreux avantages de la mise à jour des évaluations des risques et des plans HACCP est qu’ils peuvent servir de cartes pour analyser les menaces actuelles et futures. Alors que l’approche traditionnelle de l’évaluation des risques se concentre principalement sur les dangers biologiques, physiques, chimiques et allergènes, il est temps d’inclure des paramètres supplémentaires tels que les risques technologiques.

La co-création d’une culture de la sécurité en partenariat avec le service informatique peut aider les responsables de la sécurité des aliments à identifier les risques potentiels qui ont pu être négligés.

Lorsque cela est possible et applicable, invitez les fournisseurs et les entrepreneurs à faire partie de cette initiative. Leur demander d’évaluer leurs propres réseaux de sécurité les encouragera à rester proactifs en ce qui concerne les temps de réponse plus courts aux crises.


Plan d’actions unique

Notre plan d’actions unique est maintenant accessible en mode freemium.

Ce plan d’actions vous permet de centraliser l’ensemble de vos actions dans un seul outil multi-sources et multi-utilisateurs.

Offre Freemium 100% gratuite et sans engagement !

Envie de découvrir et de bénéficier du module “Actions” sans aucun engagement et sans sortir votre carte bleue ?

Demandez maintenant votre compte gratuit à la plateforme “Actions” !

Le module “Actions” vous permet de planifier, suivre et partager l’ensemble des actions de votre organisme.

Non seulement, vous disposerez d’un plan d’actions unique, mais vous pourrez également suivre l’efficacité des actions réalisées avant de les clôturer.

Comme chaque action est systématiquement associée à une “source” (ex: non-conformité ou un projet). Seules les actions associées à la “source” consultées seront visibles… plus besoin de filtrer les actions comme dans Excel.

Liste des actions d’un projet
Création d’une action ou duplication d’une action existante
Plan d’action avec avancement