Le 3 août 2018, l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR) a publié une déclaration concernant l’apparition de l’hypominéralisation de l’incisive molaire (MIH) et l’exposition au bisphénol A (BPA, CAS 80-05-7). Récemment, des médias ont rapporté que cette déficience dentaire était liée à l’adoption du BPA, a indiqué le BfR. Les rapports sont basés sur des études scientifiques chez le rat menées par Katia Jedeon et ses collègues et publiées dans différentes revues à comité de lecture.

Le BfR a évalué l’étude Jedeon et a conclu qu’il n’y avait pas de lien significatif entre l’absorption du BPA et le développement du MIH chez les enfants. Selon des données plus récentes des Pays-Bas, l’exposition des enfants au BPA est beaucoup plus faible que la dose utilisée par Jedeon et ses collègues. Par conséquent, et en raison des différences toxicocinétiques entre les rats et les humains en phase néonatale, le BfR estime qu’un lien direct entre le BPA et le MIH chez l’Homme est improbable.